.

.
Cliquer sur le logo pour en savoir plus

lundi 3 avril 2017

Pétition du collectif Sauve qui poule

Pour signer cette pétition c'est ICI

A l'attention de Monsieur Stéphane LE FOLL, Ministre de l'Agriculture
Sauvons les élevages fermiers de volailles avant qu'il ne soit trop tard.

A tous les consommateurs et citoyens qui souhaitent agir pour que les petits élevages de volailles extensifs (fermiers, bio...etc) de plein air ne disparaissent pas.
Sous prétexte de gérer un nouvel épisode de grippe aviaire sur notre territoire et devant l'urgence, le gouvernement impose des normes industrielles aux petits élevages de volailles. Dépassé par la grippe aviaire dans le sud-ouest, l’État inflige sans détour des mesures sanitaires impossibles à appliquer dans les élevages fermiers (plan de biosécurité, sas sanitaires, désinfection à outrance, plan de circulation sur les fermes, fin des visites de fermes...etc).

Mais surtout ces normes n'apportent aucune réponse ni garantie sur l'avenir. Ces mesures mises en place dans le sud-ouest lors de l'épisode de grippe aviaire 2015/2016 n'ont pas permis de lutter efficacement contre le virus. Au contraire, l'épisode 2016/2017 est encore bien plus virulent avec près de 3,7 millions de canards abattus depuis fin 2016, alors qu'à ce jour on ne compte qu'une cinquantaine de cas dans la faune sauvage.
Il semblerait que ces mesures aient plus un objectif d'élimination des petits élevages que l'éradication du virus de la grippe aviaire.


La filière intensive, industrielle concentre en permanence un grand nombre d'animaux sensibles privés de diversité génétique et utilise une alimentation industrielle pauvre en nutriments essentiels. Les déplacements incessants des animaux d'une ferme à l'autre, les moyens de transport de ces derniers sont les véritables vecteurs de la propagation de la maladie. Ajoutée à cela, l'obligation de confinement est un véritable désastre, un réservoir à maladies, des conditions indignes pour les animaux et des effets dévastateurs pour l'environnement.

D'ici le 1er juillet 2018, toutes les exploitations avicoles françaises devront appliquer les normes du décret du 08/02/2016 NOR : AGRG1603907A (relatif aux mesures biosécurité). A ce jour, un certain nombre d'éleveurs renoncent et préfèrent arrêter leur activité devant le poids de ces mesures.

Quel désarroi dans les campagnes où l’élevage industriel va régner en maître avec des sites bardés de sas, de béton, désinfectants en tout genre et avec un cocktail d'antibiotiques pour couronner le tout. C'est la fin des volailles et des œufs fermiers, (locaux et bio...etc).

Nous devons mettre en place une véritable révolution alimentaire et agricole pour garantir une nourriture saine à nos enfants et pour dévoiler la vérité sur notre alimentation actuelle. Il faut agir pour promouvoir notre bien-être et celui des animaux d'élevage. C'est tout cela que les petits éleveurs indépendants fermiers et en bio portent chaque jour dans leur travail sur leur ferme: le respect des valeurs humaines et animales.

Consommateurs et paysans, nous devons œuvrer maintenant pour un changement durable, engageons nous, pour que demain encore nous puissions nous nourrir sainement en achetant nos volailles et nos œufs chez les petits producteurs.
- Nous demandons de rencontrer le Ministère de l'Agriculture pour aménager ensemble les mesures de biosécurité relatives au décret du 08/02/2016.
- Nous demandons, la suspension des aménagements et investissements prévus à court et moyen terme dans le cadre des mesures biosécurité afin de revoir et d'adapter ensemble des mesures cohérentes.
- Nous souhaitons que ces petits élevages de volailles indépendants soient reconnus d'utilité publique. Ils pérennisent les valeurs traditionnelles telles que le respect de l'animal, de l'environnement, et assurent le maintien et le développement du tissu économique et social de chaque région.

Le collectif SAUVE QUI POULE


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire